Centre hospitalier de Bagnols : Un parcours de soins et une prise en charge complète du cancer du sein

par | 10:04 , 18 Oct, 2022

C’est ce mardi 18 octobre, dans le hall Centre Hospitalier de Bagnols-sur-Cèze, que se tiendront de 10h à 16h, des stands d’informations sur le dépistage du cancer du sein.

« Il faut venir. Ces femmes doivent venir se faire dépister, même si elles savent qu’elles sont malades depuis longtemps, nous ne sommes pas là pour juger. On peut leur sauver la vie ». Cet appel est lancé par le docteur Elena Dajbog. Chirurgienne viscérale à la Clinique du sein de Bagnols et œuvrant au Centre Hospitalier depuis 12 ans, Elena explique qu’à la Clinique, beaucoup de moyens sont déployés, afin de soigner les femmes touchées par le cancer du sein. « Les patientes sont prises en charge avec un parcours complet », détaille Elena. 

Et c’est vrai. En effet, la Clinique du sein assure aux patientes un diagnostic établi avec des techniques innovantes, une réunion composée d’un oncologue et d’un sénologue (médecin spécialisé en cancérologie du sein), ainsi qu’un suivi post opératoire.

Pour rentrer un peu plus dans les détails, la chirurgie peut être conservatoire ou radicale (ablation des deux seins que l’on appelle « mastectomie »). La chirurgie peut être accompagnée de la recherche et ablation du ganglion sentinelle. Cette technique chirurgicale permet d’éviter de faire le curage axillaire*.

Et puisque l’on parle de médecine, on parle de progrès. En effet, depuis novembre 2021, Elena Dajbog a recours à la technique de l’ICG. Cette dernière consiste à détecter le ganglion sentinelle grâce à l’injection d’une substance. « Si vous avez vu Superman, cela ressemble à de la kryptonite », indique Elena. Actuellement, la chirurgienne a pratiqué cette technique sur une cinquantaine de patientes. « Nous prélevons le ganglion, puis ce dernier est analysé par un médecin spécialisé. C’est complémentaire », affirme-t-elle.

Femme jusqu’aux bout des seins.

Car si beaucoup de femmes doivent mettre leur vie entre parenthèse quelques temps dû aux nombreux traitements, la médecine développe de nombreuses pratiques pour conserver la féminité des femmes. « A l’hôpital, je pratique la reconstruction du sein depuis huit ans », indique Elena Dajbog, « on essaie de rendre au sein sa forme naturelle ». Parmi les techniques, il y a la mastectomie, avec conservation de l’étui cutané ou la lipostructure, appelée aussi lipomodelage.

Une grande innovation est celle du tatouage. En effet, Elena Dajbog et son « bras droit », l’infirmière stomathérapeute Alexandra Thibaut, ont suivi une formation de quatre jours à Marseille afin de se spécialiser dans le tatouage médical. « Une fois les traitements terminés, minimum 6 mois après, nous pouvons recréer l’aréole du sein, grâce à la dermopigmentation. Lors d’un premier rendez-vous avec la patiente, il y a la prise contact, l’échange. Ensemble, nous déterminons l’emplacement du tatouage afin que le rendu soit le plus vrai possible. Lors du deuxième, le tatouage est mis en place. Le rendu est très réaliste et permet aux femmes de se sentir féminine jusqu’au bout des seins. C’est le plus important pour nous, il faut tenir compte qu’elles ont un parcours lourd et ont beaucoup souffert », précise Alexandre Thibaut.

Un groupe de soutien et d’échanges pour « Rester Femme » – Rendez-vous ce mardi 18 octobre à 16h30

Cela fait maintenant dix ans que le groupe de soutien et d’échange « Rester Femme » existe au sein de l’Hôpital de Bagnols. « C’est indispensable pour les femmes, c’est leur moment à elles. Nous leur proposons un rendez-vous pendant lequel elles peuvent échanger, discuter, jouer, regarder des films…, c’est toujours très convivial », confie Elena Dajbog. La prochaine réunion a lieu ce mardi 18 octobre à 16h30 et a pour thème « Prendre soin de soi pendant la maladie ». « Le groupe Rester Femme est très enrichissant et permet aux femmes de se sentir épaulée, sans que ce moment soit triste. Ces femmes sont très fortes et nous les accompagneront toujours », concluent en cœur les deux femmes.

Numéros utiles

Secrétariat oncologie médicale : 04.66.79.78.71

Groupe de soutien et d’échange « Rester Femme »

https://www.ch-bagnolssurceze.fr/espace-patients/groupe-d%C3%A9change-rester-femme/

*Lors de la chirurgie des cancers du sein, il est parfois nécessaire de retirer un ensemble de ganglions lymphatiques de l’aisselle, on parle de curage axillaire. Le plus connu des effets secondaires d’un curage axillaire est le gonflement du membre supérieur appelé lymphœdème ou « gros bras ». (Source : INC)

Pin It on Pinterest

Share This