CEZE: Des tensions persistent sur l’usage de l’eau dans le département

par | 11:00 , 12 Oct, 2022

Après les précipitations observées en fin d’été, Marie-Françoise Lecaillon, préfète du Gard, a consulté le 27 septembre le comité de suivi de la sécheresse afin de faire un point sur l’évolution de la situation hydrologique du département.

Malgré la baisse des besoins en eau pour l’irrigation ou pour les usages domestiques, des tensions persistent dans le département. Celles-ci restent particulièrement marquées sur la partie amont du bassin versant de la Cèze, où la desserte de la ressource potable de certaines communes reste fragile.

En outre, les déficits observés depuis le printemps dernier sur les parties aval des bassins versants de la Cèze et des Gardons ne sont pas encore véritablement résorbés.

Compte tenu de l’ensemble des données recueillies, Marie-Françoise Lecaillon, préfète du Gard, a donc décidé :

  • de maintenir les zones d’alerte :
    • Cèze amont en crise,
    • Ardèche en alerte,
    • Rhône-Camargue, Dourbie, Hérault amont, Vidourle, et Vistrenque-Costières-Vistre en vigilance,
  • d’allégeles restrictions par placement des zones d’alerte :
    • Gardon aval et Cèze aval en alerte,
    • Gardon amont en vigilance,

Sur les communes en situation de vigilance : il est demandé à chacun d’adopter un comportement écoresponsable, en utilisant l’eau de manière mesurée.

Sur les communes en situation d’alerte : le remplissage des piscines privées, le lavage des voitures et le fonctionnement des fontaines en circuit ouvert sont interdits. De plus, des restrictions d’horaires pour l’arrosage sont mises en place. Sont interdits l’irrigation agricole et des jardins potagers entre 10h00 et 18h00 (sauf pour les modes d’irrigation économes en eau type goutte-à-goutte). Pour l’arrosage domestique (pelouses, jardins d’agrément), des terrains de golf et des espaces sportifs (stades), l’interdiction s’étend entre 8h00 et 20h00.

Sur les communes en situation de crise, seuls sont autorisés l’abreuvement des animaux et les usages prioritaires de l’eau, concourants à l’alimentation en eau potable des populations, à la survie des espèces aquatiques, à la sécurité civile, et à la salubrité publique.

Des arrêtés de restriction d’usage de l’eau plus contraignants peuvent être pris par les maires concernés si la situation sur leur territoire le nécessite.

La situation hydrologique du département reste sous surveillance en ce début d’automne et cet arrêté est valable jusqu’au 31 octobre inclus.

Pour consulter la liste des communes concernées cliquez ici

Pin It on Pinterest

Share This