France 2030 : un plan pour accélérer la transition vers une économie bas-carbone.

par | 7:07 , Oct 14, 2021

« Nous avons un cap clair : la neutralité carbone d’ici le milieu du siècle ».

Anthony Cellier député de la 3ème circonscription du Gard s’exprime suite au discours du Président de la République, Emmanuel Macron.


Le Président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé mardi 12 octobre le lancement d’un plan d’investissement « France 2030 » pour préparer notre pays aux grands défis de notre temps, enparticulier celui de la transition écologique. Après les mesures d’urgence destinées à soutenir les entreprises pendant la crise sanitaire, puis un plan de relance de 100 milliards d’euros pour relancer l’activité économique de notre pays, ce nouveau plan donne une vision à plus long terme de ce que sera la France de 2030. 30 milliards d’euros seront mobilisés pour investir dans les technologies de demain pour refaire de la France une nation d’innovation et de recherche à l’avant-garde de la transition écologique.

Ainsi, près de 30% des crédits sont consacrés à l’énergie et à la décarbonation de notre économie. Dans ces domaines, l’ambition du plan « France 2030 » est de faire émerger des réacteurs nucléaires de petite taille (SMR), innovants et avec une meilleure gestion des déchets, de construire deux gigafactories ou électrolyseurs pour devenir leader de l’hydrogène vert ou encore d’investir pour accélérer la décarbonation de notre secteur industriel.

« La place de l’énergie dans ce nouveau plan est tout à fait singulière, elle illustre le caractère stratégique de ce secteur pour atteindre nos objectifs climatiques et assurer notre souveraineté énergétique. Dans un contexte d’intense électrification des usages, de l’industrie, du transport et de développement de l’hydrogène, France 2030 donnera un nouvel élan à la filière nucléaire grâce au développement des SMR. Ces petits réacteurs, innovants, plus modulaires, permettront de s’ajuster de manière accrue aux besoins en énergie venant compléter le socle nucléaire existant et la production intermittente des énergies renouvelables. Il s’agit d’un nouvel atout qui devra être complété prochainement par la construction de nouveaux réacteurs nucléaires EPR en France. Nous avons un cap clair : la neutralité carbone d’ici le milieu du siècle. Pour atteindre cet objectif, ce plan conforte la nécessité de mobiliser l’ensemble des moyens de production énergétiques bas carbone. Pour décarboner notre économie, préparer la France aux enjeux de demain, j’en appelle à la mobilisation générale de l’ensemble des sources d’énergie décarbonnées présentes et à venir » explique Anthony Cellier, Député du Gard et Président du Conseil supérieur de l’énergie 

Pin It on Pinterest

Share This