Kezako ? Égalité filles-garçons ? Où en sommes-nous ?

par | 2:17 , Fév 8, 2021

C’est le deuxième thème abordé dans le cadre des valeurs de la République au Collège B2V, comme dans d’autres établissements. Après un travail sur la laïcité à l’école suite au drame de Samuel Paty, pour lequel nous avons écrit des slams, nous travaillons sur l’égalité filles-garçons.

Mais c’est quoi au juste l’égalité filles-garçons ?
Par définition, « l’égalité des sexes signifie que les femmes et les hommes ont le même statut et qu’ils bénéficient des mêmes conditions pour réaliser pleinement leurs droits fondamentaux ».

Cependant les femmes n’ont eu le droit de vote qu’en 1944. Et à ce jour aucune femme n’a encore été présidente. Car dès qu’une femme veut exprimer son avis elle n’est pas prise au sérieux.

En 1965, les femmes obtiennent enfin le droit de travailler sans l’accord de leur mari. En plus de cela depuis 1972, une loi impose le même salaire pour le même travail. L-3221-2 du code du travail.
Cependant, en 2017, l’écart des salaires à temps complet atteignait encore 16,3%… Mais alors la loi est-elle vraiment respectée ?
Sortir dans la rue et être obligée de faire le choix entre élégance et norme est devenu un combat journalier… Tristan s’interroge toujours lorsque sa mère lui demande si sa jupe est correcte … Pourtant avant, le corps des femmes était mis en valeur par des corsets et des robes. Mais aujourd’hui dès qu’elles ont un trop grand décolleté ou une jupe, elles se font siffler ou insulter !
Mais les garçons aussi se font juger sur leur tenue, s’ils portent des joggings ce sont des « racailles ».

Les hommes et femmes sont-ils vraiment égaux ?
Nous avons fait un sondage : réponse garçon réponse fille

• Qu’est-ce que le féminisme selon vous ?

  • C’est quelqu’un qui lutte pour l’égalité homme, femme.

• Pensez-vous l’être ?

  • Oui, un peu
  • Oui, complétement

• Pensez-vous qu’il y a beaucoup d’inégalités entre les hommes et les femmes ? Si oui, lesquelles ? 

  • Malheureusement, en plus du salaire, du sentiment d’insécurité quand on est une femme, il y a aussi les clichés sur les tâches ménagères.
  • On a grandi dans une société où certaines choses sont déjà attribuées par sexe : par exemple les couleurs (bleu, rose) les jouets (barbies, voitures), certains sports aussi (le foot, la boxe, la gym et la danse).

• Qu’est-ce qui pourrait faire évoluer les choses ?

  • Les mentalités des hommes et de certaines femmes doivent changer. Il faut respecter les lois.
  • Il faut créer des lois et que les gens les respectent. L’éducation des enfants doit aussi changer.

La conclusion que nous pouvons faire sur ce questionnaire c’est qu’on peut constater qu’il y a encore beaucoup d’inégalités dans la société mais, qu’avec un peu de chance, la nouvelle génération fera basculer les choses.

Sondage : Pour ou contre ? Mais que peuvent alors porter les filles sans être jugées ? Crédit photo sondage : ANISSET Léa


« Nous sommes agréablement surprises par les résultats du sondage. Surtout par la tolérance des garçons, à l’égard d’une tenue « correcte ». Cela nous donne confiance en notre génération, pour faire évoluer les mentalités. Le sondage montre que ce ne sont pas tous les garçons qui sont « dérangés » ou fermés d’esprit par rapport aux tenues qui peuvent être portées par les adolescentes actuelles ».

Rendez-vous le 8 mars pour la journée de la jupe qui est aussi celle de la femme !

La société actuelle « est-elle adaptée » ou plutôt « s’est-elle adaptée » à l’égalité hommes-femmes ? »
Après avoir posé la question aux élèves de notre classe, les réponses sont plutôt mitigées…Nous remarquons que le « non » remporte la majorité ; pour certains elle s’est un peu adaptée, pour d’autres encore elle est en train de s’adapter ; seuls deux élèves pensent que « oui ».

Défendons nos idées…
Bientôt le tournoi de slam annuel, organisé sur tout le niveau troisième depuis 2016 par Mme Otalora, notre professeure de français, nous permettra de dénoncer les travers de la société… Et le thème de l’égalité hommes-femmes fait partie des sujets qui ont été choisis…

D’ailleurs, à ce propos, connaissez-vous la chanson « Pendant 24 heures » de Grand Corps Malade en duo avec Suzanne ? C’est une belle caricature sur les clichés hommes-femmes… Alors à vos écouteurs !

ROQUES Killian, RAVEUX Anthony, ANISSET Léa, FARNIER-DOURS Léa, AMATHIEUX Lou-Anne, COTTIGNIES Adèle, ROBILLARD Margaux, BOLDOR Doriane, STIER Maéna, PRADIER Emma, GUENOT Tristan, BONZI Matteo.
3eme Presse Platine.

Pin It on Pinterest

Share This