LEGISLATIVES: 3e Circonscription: Tout savoir sur les deux candidats

par | 3:21 , Juin 17, 2022

Nous y sommes, dans un peu plus de 48 heures, nous saurons qui est le ou la député(e) de la troisième circonscription du Gard. De Bagnols-sur-Cèze à Villeneuve-lès-Avignon en passant par Remoulins, Aramon ou encore Roquemaure, ce sont les habitants de 50 communes gardoises qui sont appelés à choisir entre le député sortant Anthony Cellier faisant parti de la majorité présidentielle et Pascale Bordes, avocate et conseillère municipale soutenue par le Rassemblement National.

Durant la campagne du premier tour, TV Sud vous avait proposé un tour d’horizon des candidats avec une présentation plus personnelle de ces derniers. Pour ce second tour, TV Sud s’est intéressé au programme des deux finalistes autour de dix thèmes importants pour la vie des gardois. Retrouvez les réponses d’Anthony Cellier et Pascale Bordes ci-dessous*. Réponses longues certes mais qui permettront à chacun de se faire une opinion sur des sujets importants.

Le contexte du premier tour:

A l’issue du premier tour, trois candidats se sont démarqués, il s’agit de Pascale Bordes (RN) arrivée en tête avec 30.08% des votants, Anthony Cellier (Ensemble) qui avec un score de 26.77% des votants et 1522 voix de retard se qualifie également pour le second tour. En troisième position c’est Sabine Oromi qui avec 20.66% des votants ne peut prétendre à une place au second tour mais qui a appelé à qu’aucune voix n’aille au Rassemblement National.

Le Programme de Pascale Bordes:

Les Personnes Âgées:

Concernant nos ainés, il faut s’attaquer sérieusement au  problème des EHPADS ; il faut créer un organisme de contrôle indépendant, les organismes actuels ayant montré leur limites. Il faut aussi qu’il y ait impérativement une infirmière à demeure  dans chaque établissement.

L’Energie:

Retrouver la souveraineté énergétique que nous avions avant les gouvernements Hollande et Macron 1, et qui faisait de la France, une grande nation respectée. Cela passe forcément par le nucléaire que le gouvernement Macron s’est employé à détricoter, alors pourtant que nous avons un Haut Commissaire au Plan , en la personne de François Bayrou, étonnamment discret sur ces questions.

Il faut construire des EPR ; la Cour des comptes indique dans une note récente qu’il en faudrait entre 25 et 30 de plus d’ici 2050 pour rattraper notre retard, lorsque le gouvernement envisage la construction de 6, dont un à Tricastin alors qu’il aurait dû être construit sur le site de Marcoule. Il faut arrêter de céder aux lobbies allemand et aux écologistes, et une fois pour toute, prendre un cap à horizon lointain, et s’y tenir. Il n’y a pas de souveraineté énergétique sans le nucléaire ; il est temps d’agir. A côté de cela, il y a bien sur place pour les autres énergies, et notamment la géothermie, l’hydraulique.

Les Services Publics:

Il faut retrouver des services publics de qualité, des services publics efficients, redonner envie aux personnels de travailler dans ces services. Mettre de l’humain, revaloriser les salaires, mais également valoriser la fonction ; bâtir le plan hôpital évoqué depuis des lustres, mais jamais réalisé. Lutter contre les déserts médicaux en favorisant l’installation de médecins, et/ou en créant des maisons médicales.

Le Handicap:

J’ai évoqué partiellement ce point dans la rubrique pouvoir d’achat, je pense qu’il faut là aussi un nouveau regard sur la question.

Cela passe en 1er par la revalorisation et l’indexation sur l’inflation des retraites ainsi que l’AAH, la PCH et toutes les prestations en lien avec le handicap.

Mais cela passe aussi par des mesures relatives à la scolarisation réelle des élèves en situation de handicap, par le déploiement des aidants aux enfants porteurs de handicap (de façon à leur faciliter la vie en milieu scolaire) ; il est révoltant que des enfants ne puissent pas suivre une scolarité de façon normale parce qu’une auxiliaire de vie ne leur a été attribuée qu’à temps partiel (voire pas du tout).

La Santé:

J’ai évoqué ce point dans le paragraphe consacré aux services publics ; il faut maintenant arrêter de faire des commissions  et des comités Théodule qui ne servent à rien si ce n’est à noyer le poisson, et à gagner du temps, de manière à ne surtout pas traiter le problème…..

Le temps est venu de passer à la réalisation et de refonder l’Hôpital dans sa globalité ; il y va de notre santé, et de notre sécurité  à tous, à l’heure où beaucoup de services d’urgences ferment temporairement.

On a assez perdu de temps : AU TRAVAIL, les constats ont été faits depuis longtemps.

L’Ecologie

Oui à l’écologie positive, qui concourt au bien-être de tous, mais non à l’écologie punitive.

Je prône des mesures en faveur des circuits courts qui feront que les élèves pourront retrouver dans leurs assiettes à la cantine, des fruits et légumes produits à proximité de chez eux, et non pas à l’autre bout du monde, suite à des accords de libre-échange conclus par l’UE avec des pays lointains.

Il faut relocaliser notre production industrielle.

Il faut également repenser la construction de bâtiments ; nous vivons dans le sud, et il est aberrant de continuer à voir des constructions (dans le sud) avec d’immenses  ouvertures en façades, sans la moindre protection(avancée de toit ou autre moyen de diminuer l’entrée violente du soleil à l’intérieur de la construction).

Il faut arrêter de «  minéraliser les espaces », d’abattre les arbres dans les centres villes ; au contraire, il faut végétaliser.

Il faut  « construire» une politique de gestion de l’eau.

Le Pouvoir d’Achat:

Revaloriser et indexer sur l’inflation les retraites ainsi que l’AAH, la PCH et toutes les prestations en lien avec le handicap.

Baisser toutes les taxes (quelles qu’elles soient) sur le carburant, le gaz, l’électricité, le fioul….tant pour les particuliers que pour les professionnels.

La Ruralité:

La ruralité ne doit plus être une fatalité ; il faut là encore prendre des mesures pour éviter une partition entre la France des villes et la France des champs ; cela passe par un déploiement, ainsi qu’ un maintien des services publics sur tout le territoire (éducation, hôpital, trains….)

Cela passe également par un soutien à nos agriculteurs ; mesures en faveur du localisme de façon à ce que le consommateur consomme des produits locaux de qualité, et de façon à ce que l’agriculteur puisse vendre sa production à un prix lui permettant de vivre de son métier.

L’Education:

Faire en sorte que les enseignants puissent exercer leur métier en toute sécurité, qu’ils puissent appliquer le programme de l’éducation nationale sans crainte de mesures de rétorsion de la part d’élèves et /ou de parents d’élèves ; faire en sorte que nos enfants puissent étudier sereinement, en toute sécurité, dans de bonnes conditions matérielles afin de se consacrer pleinement aux enseignements.

Retrouver l’école du savoir ; redonner ses lettres de noblesse à l’enseignement.

Il est urgent de le faire si l’on ne veut plus que la France soit dernière au classement PISA

La Lutte contre l’Insécurité:

Faire enfin de la lutte contre le Trafic de stupéfiants une priorité ; s’attaquer à l’économie souterraine qu’il génère.

Donner à nos forces de l’ordre de véritables moyens, ceux du 21ème siècle, pour lutter efficacement ; équiper les forces de l’ordre de nouvelles voitures, c’est bien, mais ce n’est pas suffisant quand les délinquants ne font plus leurs GO FAST en berlines de luxe, mais en hélicoptère ; arrêter d’avoir toujours deux trains de retard sur eux.

Déployer plus de force de l’Ordre dans certaines zones qui sont devenues des zones de non droit où plus personne ne peut aller (pompiers, administrations…..), et où les habitants se sentent abandonnés (ils le sont de fait)

Construire enfin des prisons de façon à rendre efficientes les peines de prison fermes prononcées par les juridictions pénales, de façon à ce que la sanction retrouve du sens, dans l’intérêt de la société mais également dans l’intérêt des victimes.

Expulser les délinquants étrangers qui n’ont de fait rien à faire sur le territoire national, ainsi que les personnes qui font l’objet d’une OQTF.

Le programme d’Anthony Cellier:

Les Personnes Âgées:

Pour les personnes âgées, la cinquième branche pour l’Autonomie a été créée, ainsi que l’indemnisation
du congé des proches aidants. Le chantier de l’attractivité des métiers a été bien amorcé, tant pour les
métiers du soin que de l’accompagnement. Cependant, beaucoup de familles, de proches, ou
d’associations travaillent avec ou deviennent aidants.

Ils sont des acteurs incontournables pour chaque personne qui en a besoin. Nous lancerons une grande consultation avec toutes les parties prenantes, qui aboutira à un statut des aidants (en termes de VAE, reconversion ou bonification de retraite).
Nous créerons avec les départements un service du maintien à domicile avec un seul interlocuteur pour
l’aidant ou la personne âgée pour organiser tous les services. Pour pouvoir vieillir chez soi, il faut
souvent pouvoir aménager son logement pour éviter les risques de chutes par exemple.

D’ici 2027 nous permettrons à 500 000 personnes âgées de rester plus longtemps dans leur logement en l’adaptant avec une nouvelle aide : MaPrimeAdapt’.

L’Energie:

Notre objectif est clair, nous souhaitons faire de la France, la première grande nation indépendante aux
énergies fossiles. Pour assurer notre souveraineté énergétique, il faut regarder loin.

C’est aujourd’hui que nous répondons à nos besoins en énergie de demain et aux enjeux de réindustrialisation du pays, à court et moyen termes, nous devons investir de manière très volontariste dans toutes les énergies
décarbonées pour atteindre nos objectifs climatiques et renforcer notre souveraineté énergétique.

Il nous faut diminuer notre consommation et substituer les énergies fossiles par de l’électricité bas carbone
(nucléaire, hydraulique, solaire, éolien…), des énergies renouvelables thermiques (biogaz, réseaux de
chaleur…), de l’hydrogène, pour permettre de décarboner l’intégralité de nos usages.

Nous faisons le choix assumé de relancer notre programme nucléaire. Dans le prochain quinquennat,
nous poursuivrons la construction de 6 réacteurs nucléaires nouvelle génération (type EPR2
Flammanville) et étudierons 8 supplémentaires. Je poursuivrai le travail engagé avec les élus des 3
régions et des 4 départements (Gard, Drôme, Ardèche, Vaucluse) pour que le site du Tricastin puisse
accueillir l’un de ces EPR. Par ailleurs, nous soutiendrons activement le développement de petits
réacteurs modulaires (SMR) et la recherche sur les réacteurs innovants, afin de pouvoir fermer le cycle
du combustible. Des sujets de recherche et d’innovation où, naturellement, le site du CEA Marcoule a
un rôle important à jouer.

Pour répondre à l’augmentation immédiate de la consommation d’électricité́, nous continuerons de
développer les énergies renouvelables. Nous multiplierons par 10 notre puissance solaire et nous
implanterons 50 parcs éoliens en mer d’ici 2050 (40GW). Nous conserverons également la maîtrise des
barrages hydroélectriques. Enfin, parce que la souveraineté énergétique n’est pas négociable, nous travaillerons aussi pour consolider pour une filière française des technologies renouvelables, grâce aux plans d’investissement
d’avenir. Cela passera également par une adaptation de nos formations, nous formerons ainsi 1 million
de personnes, chaque année, aux métiers d’avenir, comme celui du nucléaire.

Les Services Publics:

Nous voulons rendre les services publics plus accessibles. Ce n’est pas aux Français d’aller vers les
services publics, mais aux services publics de venir vers eux. Avec une fonction publique plus moderne
et des services publics vraiment tournés vers le service aux usagers, on construit l’État de demain.
Pour cela, nous proposons la mise en place d’un guichet unique pour réaliser toutes les démarches (CAF,
papiers d’identité…) et créer un numéro unique, avec une personne au bout du fil, pour obtenir
l’ensemble des renseignements souhaités ainsi qu’un accompagnement adapté.

Grâce à notre action, tous les Français ont maintenant accès à une maison France Services à moins de
30 minutes de chez eux, avec les services publics dont ils ont le plus besoin. Pour les 5 prochaines
années, l’objectif est d’avoir une maison France Services dans chaque canton. Je me réjouis que celles
de Roquemaure ou, plus récemment, celle de Remoulins soient déjà opérationnelles et permettent de
rendre un service de proximité.
En effet, ces maisons proposent de nombreuses prestations, parmi lesquelles un accompagnement des démarches administratives du quotidien comme la déclaration de revenus ou la gestion du prélèvement à la source.

Nous allons également mettre en place un dispositif inédit : la solidarité à la source. Aujourd’hui,
beaucoup de Français n’ont pas accès aux aides parce que les démarches sont trop compliquées.

Avec pour conséquence un fort taux de non-recours, qui atteint 30% pour le RSA. Cette situation n’est
satisfaisante à aucun point de vue : elle entraîne de la défiance et nuit à l’efficacité de notre action contre
la pauvreté. Avec le versement des aides à la source (RSA, APL…), l’ambition est de simplifier
drastiquement notre système d’aides et lutter efficacement contre les fraudes.

Enfin, nous allons réformer « Pôle Emploi » grâce à la mise en place de « France Travail ». Nous
proposons de simplifier drastiquement l’accompagnement à l’emploi en rapprochant tous les dispositifs
existants autour d’un nouvel opérateur : France Travail. Grâce à lui : les Français auront un interlocuteur
unique, une seule porte d’entrée, pour accéder au travail ou s’engager dans un parcours d’insertion.

Le Handicap:

La société inclusive ne doit plus être un idéal : elle doit devenir une réalité. Ces cinq dernières années,
nous avons œuvré pour que la politique du handicap ne soit plus isolée, mais qu’elle pèse dans toutes
les décisions, qu’elle compte dans la conception et la mise en œuvre de toutes les politiques publiques.
A l’école déjà : 400 000 jeunes en situation de handicap sont aujourd’hui accueillis à l’école, grâce
notamment à la création de 27 000 emplois d’AESH.

L’école inclusive continuera d’être au cœur de notre action. Les accompagnants d’élèves en situation de
handicap, qui font un travail exceptionnel et insuffisamment reconnu, se verront proposer des contrats
de 35 heures. Les AESH seront enfin payés pour un temps plein. Ces contrats éviteront les ruptures entre
le temps en classe et le reste de la vie de l’élève. Cependant, l’école inclusive ne doit d’ailleurs plus
s’arrêter au bac. Ainsi, les étudiants en situation de handicap seront accompagnés avec un revenu d’étude
jusqu’à 500€ par mois en plus des solutions d’accompagnement existantes. Le soutien à l’apprentissage
et l’emploi accompagné des jeunes en situation de handicap seront décuplés.

Afin de lutter contre la pauvreté et la précarité, l’Allocation adulte handicapée a été revalorisée de 100€
par mois, et les solutions d’emploi ont été développées.

La Santé:

Devant la pénurie de médecins dans les zones enclavées ou tendues, nous avons pris les devants en
levant le numerus clausus pour inverser la courbe de la démographie médicale, en doublant le nombre des maisons de santé pour atteindre 2000 sur le territoire et en remboursant les téléconsultations depuis 2018.

Par ailleurs, il a été nécessaire de recréer les conditions de l’attractivité des métiers du soin.
Grâce au Ségur de la santé, 1,5 million de professionnels des établissements de santé et des EHPAD bénéficient
d’une revalorisation historique de leur rémunération. Plus de 500 000 professionnels de santé
paramédicaux ont également bénéficié d’une revalorisation salariale.

Cependant, à très court terme, il faudra passer la période estivale.
En ce sens, nous avons réactivé le doublement de la rémunération des heures supplémentaires du personnel non médical, et du temps de travail additionnel des médecins, pour l’ensemble de la période estivale. Par ailleurs, les élèves
infirmiers et aides-soignants ayant achevé leur formation initiale en juin et juillet pourront commencer
à exercer immédiatement, sans attendre la remise officielle de leur diplôme.


Les 5 prochaines années doivent permettre d’accompagner un renfort massif dans les déserts médicaux.
Nous souhaitons nous appuyer sur l’ensemble des professionnels de santé. Les Français choisissent déjà
un médecin traitant. Ils pourraient choisir un pharmacien référent ou un infirmier référent à l’avenir avec
des missions élargies, en lien avec le médecin traitant (exemple : renouvellement d’une ordonnance) et
du conseil. Par ailleurs, nous souhaitons, que la 4ème année d’internat pour les médecins généralistes se
fasse dans des centres de santé et maisons de santé en zone sous-dense.


Par ailleurs, l’hôpital public est et doit rester un acteur incontournable du système de santé. Si nous
avons tenu pendant la crise Covid, c’est notamment grâce au courage et à l’engagement des soignants
de nos hôpitaux publics que je salue ici. Pour rendre l’hôpital plus humain, nous prévoyons un plan de
recrutement d’infirmiers et d’aides-soignants et nous réduirons les charges administratives pour les
soignants. Nous accorderons une place centrale aux médecins dans la gouvernance.

Enfin, nous poursuivrons les réformes du mode de financement avec une meilleure prise en compte de la qualité du
soin dans la tarification. Nous voulons mieux articuler médecine de ville et hôpital.
Cela veut dire améliorer la prise en charge du patient en ville grâce notamment au Service d’accès aux soins (SAS) et
le développement de la permanence des soins ambulatoires (PSAD) pour soulager les urgences. En ce
sens, je porterai avec l’hôpital public et la médecine de ville de nos communes une réflexion afin de
mettre en place une CPTS (Communauté professionnelle territoriale de santé) à l’échelle de notre
territoire pour répondre à la demande d’accès aux soins, notamment en milieu rural, par l’intermédiaire
des Maisons de santé pluriprofessionnelles (MSP).

L’Ecologie

Depuis cinq ans, nous avons fait plus pour la transition écologique que jamais auparavant. Depuis 2017,
nos émissions de gaz à effet de serre ont diminué de 10%. Ces résultats prouvent l’efficacité des
dispositifs français et européens pour transformer nos façons de produire, de se déplacer et de
consommer. Mais le combat continue.

Parce que la transition écologique touche autant notre vie quotidienne qu’à la vision que nous portons pour l’avenir, elle doit être au cœur de notre projet.


Nous portons une ambition renouvelée visant à doubler encore la vitesse de réduction de nos émissions
de gaz à effet de serre, dans un esprit de justice sociale, en conservant l’emploi, en réindustrialisant notre
pays, et en assurant notre souveraineté.


Si les Français nous accordent leur confiance, les 5 prochaines années seront celles de la planification
écologique : par chaque territoire, avec des choix locaux sur la décarbonation et les énergies, et avec chaque grand secteur économique, avec qui nous conduirons des négociations pour déterminer les solutions de décarbonation, assurer l’investissement, préserver l’emploi. L’État mobilisera ainsi près de 50 milliards d’euros par an pour atteindre nos objectifs climatiques.


Sur la mobilité électrique, les aides que nous avons mises en œuvre pendant le précédent quinquennat
ont permis de diminuer efficacement le prix des véhicules électriques : avec le bonus de 6000€, et la
prime à la conversion pouvant atteindre jusqu’à 5000€. Fort de ce succès, nous continuerons à soutenir
l’achat avec le bonus électrique et les primes à la conversion. En plus de ces dispositifs, et face aux
tensions sur les carburants, nous soutiendrons les classes moyennes et modestes dans la location avec
option d’achat (leasing) d’un véhicule électrique, en proposant une offre de base entre 50 et 100€/mois
(via l’aide au loyer initial ou des dispositifs de crédit).


Sur la rénovation énergétique, nous maintiendrons l’ambition de MaPrimeRénov au niveau du plan de
relance, soit 2 Md€, chaque année pendant le quinquennat, permettant de financer 700 000 rénovations
par an.

A l’échelle du territoire de la troisième circonscription, la réalisation d’une thermographie
aérienne cet hiver permet à tout un chacun de mesurer simplement et en ligne la performance énergétique
de son logement et, le cas échéant, de se rapprocher du guichet unique mis en place pour être
accompagné au mieux dans les démarches de rénovation. Une initiative portée par l’agglomération du
Gard Rhodanien et la communauté de communes du Pont-du-Gard dans le cadre de la Cleantech Vallée.
Sur l’agriculture, la transition vers une agriculture plus durable continuera de se renforcer grâce à
plusieurs leviers. D’abord, tous les agriculteurs souhaitant mettre en place des démarches d’agroécologie
seront accompagnés. Nous souhaitons également dépasser 100 000 agriculteurs en bio ou haute valeur
environnementale d’ici la fin du prochain quinquennat, en renforçant les exigences de la certification
HVE pour qu’elles soient plus ambitieuses. Nous continuerons de porter la massification des dispositifs
de conversion, notamment vers le bio.

Mais, face au réchauffement climatique dont nos agriculteurs en sont les premières victimes, nous devons leur apporter des solutions, que ce soit à travers une révision en profondeur du volet assurantiel des récoltes afin que tous puissent en bénéficier comme pour le sujet de la ressource en eau et de l’irrigation. Ainsi, dans le cadre de la prolongation de la concession du Rhône à la Compagnie Nationale du Rhône (CNR) pour laquelle j’ai été rapporteur, un volet important du programme d’investissement est consacré à l’irrigation, pour répondre à cette demande de notre agriculture.


Enfin, l’ensemble des entreprises des secteurs les plus émetteurs seront accompagnées, dans la logique
de la planification secteur par secteur. Les industries en particulier seront accompagnées pour
décarboner leurs processus de production, relocaliser et développer l’emploi. Nous ferons des
entreprises des fers de lance de la production décarbonée qui sera un facteur de compétitivité clé dans
le futur. Les PME bénéficieront d’un accompagnement spécifique. Plus largement, nous aiderons les
salariés à acquérir les nouvelles compétences requises par ce nouveau modèle de croissance.

Le Pouvoir d’Achat:

Depuis 2017, nous n’avons eu de cesse de défendre l’attractivité et l’emploi pour renforcer le pouvoir
d’achat de nos concitoyens. Nous avons baissé les impôts de près de 26 milliards d’euros pour les
ménages français grâce à la suppression de la taxe d’habitation et à la baisse d’impôt sur le revenu pour
les ménages modestes. Nous avons mieux rémunéré le travail, en augmentant la prime d’activité, en
défiscalisant les heures supplémentaires et permettant à l’ensemble des entreprises de pouvoir verser
des primes exonérées de charges sociales.


Aujourd’hui, le plein-emploi est à portée de main. Pour l’atteindre, nous continuerons de libérer
l’économie, d’investir dans l’avenir et d’améliorer le pouvoir d’achat de nos concitoyens. En ce sens,
nous allons tripler le montant des primes exonérées de charges sociales (prime Macron), mettre en place
une obligation de partage des profits dans les entreprises et baisser les charges pour les indépendants.
Fidèle à notre ADN, nous n’augmenterons aucun impôt. Nous poursuivrons notre action en baissant les
charges sociales et en baissant la fiscalité pesant sur les ménages français. Ainsi, la redevance télé sera
supprimée dans les semaines suivant les élections législatives. Cette suppression permettra un gain de
pouvoir d’achat de 138€ au bénéfice de 28 millions de français. C’est un vrai coup de pouce pour les
ménages modestes notamment. Enfin, pour transmettre le fruit de son travail, nous réformerons les
impôts de succession. Nous proposons un régime plus simple et plus juste : aucun impôt sur les
successions jusqu’à 150 000€ par enfant, aucun impôt jusqu’à 100 000€ transmis aux autres membres
de la famille.


Au-delà de ces réformes, le premier texte de loi que nous porterons à l’Assemblée nationale concernera
le pouvoir d’achat. Ce texte permettra de répondre à la spirale inflationniste que connaît l’Europe et le
Monde. Il permettra de prolonger le bouclier tarifaire sur l’énergie en bloquant les prix du gaz et de
l’électricité, de mettre en place une aide financière pour les gros rouleurs, de revaloriser le point d’indice
des agents de la fonction publique et d’imposer un minimum retraite à 1100€ par mois. Fidèle à mes
engagements, ce texte sera également l’occasion en tant que parlementaire de défendre une meilleure
rémunération pour les agents du CEA.

La Ruralité:

Au cours des cinq dernières années, nous n’avons eu de cesse de soutenir les territoires ruraux que ce
soit à travers l’augmentation des moyens financiers (renforcement de la dotation de solidarité rurale,
accroissement des dotations d’investissement), l’adoption d’un plan inédit pour lutter contre la fracture
numérique, l’amélioration de l’accès aux services publics à travers le déploiement de France Services
ou encore par l’accompagnement des élus locaux à travers des programmes nationaux.

C’est la force de Territoires d’industrie, Action Cœur de Ville ou des Petites Villes de Demain.

En renforçant les préfectures et sous-préfectures, en poursuivant la montée en puissance de l’agence
nationale de la cohésion des territoires (ANCT), en continuant de mobiliser des moyens financiers
importants, en luttant contre les déserts numériques ou médicaux et en prorogeant les dispositifs
nationaux comme Action Cœur de Ville, l’État continuera d’être au rendez-vous de l’ingénierie locale.

L’Education:

Depuis 2017, nous avons agi avec résolution et détermination pour réarmer notre l’école, avec un accent
sur les fondamentaux. Mais cela ne suffit pas : notre système scolaire n’est plus ni à la hauteur de notre
histoire ni des enjeux de notre futur.


L’engagement des enseignants pendant la crise sanitaire a été exemplaire et nous leur en sommes
particulièrement reconnaissants. Il faut poursuivre de manière significative l’augmentation des
rémunérations qui s’inscrira dans le cadre d’une concertation avec les organisations syndicales sur la
définition des nouvelles missions telles que : le remplacement des professeurs absents car nous devons
à nos élèves et à leurs parents l’intégralité des heures d’enseignement, un suivi plus individualisé des
élèves notamment pour l’aide aux devoirs ou l’accompagnement personnalisé, plus de formation de nos
professeurs pour qu’ils puissent s’approprier les meilleures innovations pédagogiques tout au long de
leur carrière.

Pour lutter contre la difficulté scolaire à la racine, pour donner à chaque enfant les connaissances de
base nécessaires à sa réussite, nous proposons de renforcer l’apprentissage des savoirs fondamentaux
(français et mathématiques) à l’école primaire et en 6ème. Par ailleurs, afin de faire face aux défis du 21e
siècle, notamment celui de la transition numérique, nous réintroduirons les mathématiques dans le tronc
commun du lycée.


Sur la question du harcèlement scolaire, nous continuerons de soutenir et pérenniserons les plateformes
nationales 3018 (lutte contre les cyber-harcèlement) et 3020 (harcèlement à l’école) afin de faire face à
l’augmentation des signalements et d’encourager la libération de la parole qui est à l’œuvre. Nous
faisons face à un véritable fléau de société. Il nous faut œuvrer sans relâche pour protéger nos enfants
face aux risques de harcèlement.


A noter que, grâce à notre action, le nombre d’élèves handicapés scolarisés n’a jamais été aussi haut
(400 000, +24% en 5 ans). L’ensemble des enfants doivent pouvoir emprunter le même chemin chaque
matin : celui de l’école de la République et y trouver des réponses adaptées à leurs besoins, notamment
en termes d’accompagnement. Pour que cette ambition soit possible, nous nous appuyons sur les «
Accompagnants des élèves en situation de handicap » (AESH). Comme les AESH ne travaillent que sur
le temps scolaire, trop d’enfants subissent des ruptures d’accompagnement, à la cantine ou après la
classe. Il faut aller plus loin, c’est pour cela que nous proposons des contrats jusqu’à 35h aux AESH.
Enfin, lorsqu’on parle éducation, on parle aussi formation.

Nous nous devons d’apporter des solutions de formation à toutes et à tous. C’est ce que nous avons fait pendant 5 ans en favorisant, par exemple, l’apprentissage et l’alternance, au travers du dispositif « un jeune, une solution » qui a permis, entre autres, la signature de 718 000 contrats d’apprentissage en 2021 contre 289 000 en 2017, soit une
multiplication par 2,4 en 5 ans. Ces contrats sont une réponse concrète à une demande du marché de
l’emploi et des pme/pmi qui composent notre territoire, en plus d’être une voie d’excellence.

Ainsi, la labellisation « excellence » du Campus Process et Technologies en Milieux Sensibles du Lycée Albert
Einstein et le partenariat signé avec l’Université des Métiers du Nucléaire sont des atouts supplémentaires pour proposer des formations en adéquation avec les besoins du territoire, notamment avec les grands donneurs d’ordre de la filière électronucléaire.

La Lutte contre l’Insécurité:

Tout au long du quinquennat, nous avons eu de cesse d’agir pour la sécurité des Français. Si je ne devais
retenir qu’une chose c’est la création de 10 000 postes de policiers et gendarmes. Nous avons remis du
bleu sur le terrain. Nous avons définitivement corrigé la décrue d’il y a plus de dix ans.


Parce que la sécurité du quotidien des Français doit être assurée sur l’ensemble du territoire, nous
poursuivrons le réarmement juridique et matériel pour faire respecter nos lois et nos valeurs par tous :
Force d’action républicaine pour rétablir en urgence l’ordre dans les quartiers en crise, doublement de la présence des forces de l’ordre dans la rue et dans les transports, amendes forfaitaires pour les délits qui empoisonnent la vie des Français, création de 200 brigades de gendarmerie en milieu rural.

Par ailleurs, des efforts sans précédent pour équiper et protéger ceux qui nous protègent ont été engagés
ces dernières années. Depuis 2017, le ministère de l’Intérieur aura bénéficié de plus de 10 milliards
d’euros d’augmentations budgétaires sur le quinquennat, dont 1,5 milliards d’euros en 2022.
Concrètement, cela se traduit, outre les effectifs supplémentaires, par un meilleur équipement de nos
forces de l’ordre, que ce soit en termes d’équipements individuels (nouvelles tenues, des caméras
individuelles, des outils numériques performants), comme en dotation nouveaux véhicules (11 000 au
total) et en amélioration de leur cadre de vie par un large plan d’investissement dans l’immobilier et la
réalisation de nouvelles casernes. Sur la 3ème circonscription, c’est la réalisation de la nouvelle
gendarmerie de Roquemaure, des travaux d’isolation du poste de police de Villeneuve ou, s’agissant d’effectifs supplémentaires, c’est 6 policiers nationaux supplémentaires sur le commissariat de Bagnols-sur-Cèze. Nous continuerons sur cette trajectoire en augmentant d’un milliard d’euros supplémentaire par an le budget du ministère de l’Intérieur pendant 5 ans.


Enfin, pour répondre au sentiment d’insécurité dans notre pays, il faut donner à la justice des moyens à
la hauteur des enjeux. En ce sens, nous recruterons 8500 personnels supplémentaires pour la justice
judiciaire, dont 1000 magistrats. Ces recrutements permettront de réduire les délais de jugement, tout en
maintenant une justice de qualité et de constituer de vraies équipes autour des juges qui se recentreront
sur l’essentiel de leur office.

Le POUR ou CONTRE de TV Sud:

Le Nucléaire:

Anthony Cellier: Pour

Pascale Bordes: Pour

L’Ouverture du Débat sur la Fin de Vie:

Anthony Cellier: Pour

Pascale Bordes: Pour

Les Voitures Electriques

Anthony Cellier: Pour

Pascale Bordes: Pour et Contre

Le RIC:

Anthony Cellier: Pour une réforme du Referendum d’Initiative Partagée (RIP) et un débat sur le RIC.

Pascale Bordes: Pour le RIC, et toute autre mesure qui donne la possibilités aux citoyens de participer activement à la prise de décisions qui les concernent directement.

La Proportionnelle:

Anthony Cellier: Pour

Pascale Bordes: Pour

*La position des candidats dans l’autre d’apparition du programme ainsi que celui des thèmes a été tiré au sort.

Pin It on Pinterest

Share This