Un cheval sauvé à Saint-Julien de Peyrolas

par | 5:57 , 7 Sep, 2022

Le 26 août dernier, la SPA vauclusienne a été sollicitée par l’association 30 Millions d’Amis et sa référente équidé, pour une affaire de maltraitances en toute fin de matinée. Deux chevaux et un âne étaient en situation d’abandon apparent, sur la petite commune du Gard de Saint-Julien-de-Peyrolas. Un cheval était particulièrement maigre avec de grosses lésions infectées au niveau du pénis.

Devant la gravité des faits dénoncés, la SPA a organisé une zone de quarantaine en urgence au refuge. L’association s’est rendue sur les lieux à 17h afin de procéder à l’évacuation des équidés.

« Nous essayons de trouver un éventuel propriétaire; un troisième équidé est parqué sur place, le seul à être identifié, et appartenant à l’Association Equi-libre, retraite et protection du cheval. » explique dans un communiqué la SPA vauclusienne.

« Nous échouons tant sur le fait de trouver le propriétaire, que de faire venir un vétérinaire, malgré nos multiples tentatives. »

Les gendarmes sont avertis afin d’obtenir une réquisition en flagrance.

L’association Equi-libre quant à elle doit venir, en cas de saisie, récupérer le dernier équidé, celui-ci ne pouvant rester seul.

C’est là que les choses allaient se compliquer.

Les gendarmes arrivent à obtenir les coordonnées du propriétaire et à le contacter.

Ce dernier ne semble pas très réceptif à cette première sollicitation, les gendarmes sur place finiront par refuser la réquisition, en demandant à la SPA de revenir lundi matin pour déposer une plainte.

Après plus d’une heure de négociation, il sera donc opposé une fin de non recevoir sous prétexte que, ce n’était pas une urgence. Les animaux trouveront finalement leur salut grâce à monsieur Salau, maire de Saint-Julien-de-Peyrolas, qui très touché par la situation discutera avec son administré, et obtiendra l’accord pour une cession à la SPA Vauclusienne des animaux afin qu’une prise en charge rapide et simple soit possible.

Le propriétaire qui finira par arriver sur les lieux accepte finalement de signer l’acte de cession définitive des deux équidés en bonne intelligence.

Une affaire de divorce, de vente de la propriété, d’une absence un peu trop prolongée, et d’un problème de dentition du cheval, ont mené à cette situation désastreuse.

Après une première visite du vétérinaire, le pronostic vital du cheval était réservé, ses plaies ont été nettoyées et l’appareil génital cousu.

Lors la visite suivante, les points ont été retirés, des analyses sanguines ont été effectuées, qui ne révéleront rien d’inquiétant. L’âne quant à lui a été soigné et reste lui aussi entre les mains d’ Anne, la présidente de l’association Equi-libre.

Photo de la SPA vauclusienne:

Pin It on Pinterest

Share This