PASCALE BORDES : « Je n’en n’ai rien à faire d’avoir mon nom sur un texte de loi, je veux que la vie des personnes confrontées au handicap change »

PASCALE BORDES : « Je n’en n’ai rien à faire d’avoir mon nom sur un texte de loi, je veux que la vie des personnes confrontées au handicap change »

Élue le dimanche 19 juin dernier sous l’étiquette Rassemblement National face au député sortant et candidat sous l’étiquette de la majorité, Anthony Cellier. La députée de la troisième circonscription du Gard, Pascale Bordes fait le point sur ses six premiers mois de mandat.

Au cours d’un entretien avec la presse, exercice qu’elle souhaite renouveler régulièrement, Pascale Bordes est notamment revenue sur les nombreux recours au 49.3 utilisés par le gouvernement, sur son travail à la commission des lois, sur son projet de loi à venir sur le handicap, sur la crise énergétique, sur le projet GIFI et l’image du Rassemblement National.

En introduction, la députée, avocate de métier évoque cinq premiers mois très denses expliquant qu’elle « ne mesurait pas la difficulté de l’éloignement entre la circonscription et le Palais Bourbon » (2h50 de train sont nécessaires pour rallier le Gard à la capitale).

Pascale Bordes, revient également sur le débat actuel concernant les conditions de travail des parlementaires affirmant que le calendrier très chargé (trois séances de 9h à 13h, de 15h à 20h et de 21h à minuit voir au-delà ont lieu chaque jour) et la présence d’une majorité relative ou minorité présidentielle installée dans l’hémicycle contraint les députés élus à être présent à chaque instant. « On ne peut plus s’absenter, c’est hyper stressant » indique la députée.

Celle qui a été choisie par le parti de Marine Le Pen, pour porter les couleurs du RN sur la 3e circonscription du Gard en lieu et place de Corinne Martin confie ne pas « avoir été informée de tous ces détails » et donc « devoir organiser sa vie professionnelle d’avocate au cm² prêt ».

A l’Assemblée, la parlementaire ne siège pas seulement dans l’hémicycle mais aussi à la très chronophage commission des lois. Cette commission qui nécessite des connaissances en droit et qui n’est pas accessible à Monsieur et Madame tout le monde, lui a notamment permis d’auditionner Gérard Darmanin ou Eric Dupond-Moretti, le garde des Sceaux. Ministre qu’elle avait déjà croisé dans son passé d’avocate et qui lui a laissé un souvenir impérissable.

La députée de la 3e circonscription du Gard, évoque les sept utilisations de l’article 49.3 de la constitution par la première ministre Elisabeth Borne dont elle évoque l’incapacité, « N’importe qui aurait fait mieux » déclare t-elle. La parlementaire n’oublie cependant pas de préciser que malgré les nombreuses utilisations du 49.3, de nombreux débats ont pu se tenir. « Il n’y a pas que les budgets » et « certains débats vifs ont même conduits à quelques avancées », admet Pascale Bordes.

Elle travaille actuellement sur un projet de loi à venir sur le handicap, thème qui lui tient à cœur et qu’elle défendait déjà au mois de mai dernier lors du lancement de sa campagne législative au Mont-Cotton entourée de Julien Sanchez (Maire de Beaucaire) et Yoann Gillet (député de la 1ere circonscription du Gard).

La parlementaire souhaite notamment dans cette proposition de loi, remettre à plat l’ensemble du système et notamment le rôle de la MDPH (Maison Départementale pour les Personnes Handicapées) qui « peut-être un frein dans certains cas » exprime la députée, qui appelle à ouvrir une vraie discussion sur le handicap.

La députée bagnolaise, évoque également le cas des aides scolaires atteints de handicap et à qui on rajoute de l’injustice à une situation déjà injuste notamment en ne leur mettant pas à disposition le personnel et matériel nécessaire pour les accompagner dignement dans leur scolarité. Rappelant que « ces enfants sont fragilisés et s’ils n’ont pas cette aide, cela leur crée un handicap supplémentaire ».

Enfin, la parlementaire clame qu’elle n’en n’a rien à faire de voir son nom apparaitre sur une loi et qu’elle est prête à s’allier avec Les Républicains ou tout autre groupe d’opposition si cela permet de faire adopter ce texte si important. « Je suis prête à céder le texte clé en main si cela est nécessaire pour son adoption ».

Et aussi : Une permanence devrait prochainement ouvrir à Bagnols-sur-Cèze afin d’accueillir les habitants de la 3e circonscription et de recueillir leurs doléances. Pour ceux habitants loin de la capitale du Gard rhodanien, des permanences itinérantes seront également mises en place à travers la circonscription grâce au travail avec les maires des autres communes de la circonscription.

Le sénateur Laurent Burgoa co-signataire d’un amendment visant à réduire le taux de TVA pour la filière équine

Le sénateur Laurent Burgoa co-signataire d’un amendment visant à réduire le taux de TVA pour la filière équine

Alors que des centres équestres se mobilisent sur la réduction du taux de TVA de la filière équine, le sénateur du Gard Laurent Burgoa a co-signé un amendement ramenant la TVA à 10% (les taux varient
actuellement de 20 à 5% en fonction des prestations).

« L’amendement adopté par le Sénat le 21 novembre dernier qui proposait un taux intermédiaire de 10% sur toutes les prestations (ventes d’équidés vivants, pension, reproduction) et le maintien du taux de TVA à 5,5%
pour les prestations fournies en vue de la pratique de l’équitation, n’a malheureusement pas été retenu par l’Assemblée Nationale en raison du recours à l’article 49-3″, indique le sénateur gardois.

Avant d’ajouter, « on sait pourtant que dans le Gard, terre de cheval, le passage à un taux plein de TVA pourrait être un coup fatal pour de nombreux centres équestres.

Rappelons que le cheval est le 3ème sport le plus pratiqué en France. En effet, l’équitation réunit plus d’un million de cavaliers dont près de 700 000 licenciés. « 

Et dans le Gard le cheval représente bien plus qu’une activité sportive, notamment en Camargue.

Premier « week-end à 1€ » : hausse de fréquentation de 141% dans les trains régionaux liO 

Premier « week-end à 1€ » : hausse de fréquentation de 141% dans les trains régionaux liO 

Samedi 3 et dimanche 4 décembre se déroulait la première opération « train à 1€ » désormais proposée par la Région tous les premiers week-ends de chaque mois. Une nouvelle fois, la mesure a été plébiscitée par les usagers avec plus de 65 500 billets à 1€ vendus, représentant plus de 76 500 voyageurs sur l’ensemble du week-end (usagers abonnés compris). Par rapport à un week-end de décembre « normal », cela représente une hausse de fréquentation de 141 % (31 700 voyageurs le week-end des 4 et 5 décembre 2021). « Pour convaincre le plus grand nombre de choisir le train, il faut des trains à l’heure et pas chers. Ce week-end encore, le formidable engouement rencontré par cette première édition des « week-end à 1€ » nous donne raison : l’envie de train est bien là ! Nous maintiendrons donc le cap pour proposer des trains liO toujours moins chers aux usagers. C’est bon pour la planète, pour l’économie locale et pour la sécurité. C’est aussi un moyen de lutter concrètement contre l’assignation à résidence. Je tiens à remercier les équipes de SNCF mobilisées ce week-end qui ont contribué au bon déroulement de cette grande première. Et bien sûr merci aux nombreux voyageurs qui nous ont une nouvelle fois fait confiance. Rendez-vous les 7 et 8 janvier prochains ! » a notamment déclaré la présidente de Région, Carole Delga. Pour le prochain « week-end à 1€ », les 7 et 8 janvier 2023, les billets seront disponibles à la vente dès le 23 décembre. Enquête SNCF sur le Train à 1€ : une mesure qui fait ses preuves A la demande de la Région, SNCF Voyageurs Occitanie mène actuellement une étude sur l’usage du train à 1€. L’enquête, qui s’achèvera le 23 décembre et qui compte à ce jour 2 721 répondants, permet déjà de confirmer que : – Le train à 1 € contribue à changer les habitudes de mobilité pour près d’1 voyageur sur 3, puisque 29% des voyageurs à 1€ ont utilisé les trains liO pour la première fois grâce à cette mesure, soit une progression de 13 points par rapport à 2021 (16%) ;- Le train à 1 € fidélise de nouveaux voyageurs, puisque 44% d’entre eux ont par la suite repris un train liO au moins une fois après leur dernier voyage à 1 €. Les résultats complets de l’enquête seront connus en début d’année.

PONT-SAINT-ESPRIT : La ville illuminée, le programme dévoilé

PONT-SAINT-ESPRIT : La ville illuminée, le programme dévoilé

C’est main dans la main que la mairie, les commerçants, les forains et l’association des commerçants, ont travaillé à l’élaboration du programme des festivités de Noël. Du 17 décembre au 2 janvier, les spiripontains retrouveront chaque jour une animation pour le plus grand plaisir des petits et grands avec notamment un spectacle de son et lumière, des manèges ou le traditionnel marché de Noël.

Le samedi 17 décembre, c’est le chanteur pour enfants Steeve Waring qui lancera les festivités, à 17 heures à la Scène Chapelle avec son spectacle offert par la municipalité pour les plus de quatre ans. Suivra ensuite le spectacle de son, lumières et pyrotechnie « Gospel Noël Show » qui se déroulera dans les jardins de l’Hôtel de ville à partir de 19h30.

Cette année, deux lieux fixes seront installés dans la commune avec le marché de Noël et sa quinzaine de chalets installés rue de la République du 17 au 24 décembre et le village de Noël, fête foraine de Noël qui aura pour attraction principale sa tour panoramique de 40m de haut. « Une nouveauté », qui comme le précise, Nicolas Pilato Mignon, « était encore présente il y a deux semaines à peine à la grande fête foraine de Monaco ».

Et aussi:

Le 23 décembre, le Père Noël arrivera à 15h30 dans le village de Noël par les airs et grâce à un gyrocoptère, il déambulera également dans les rues du centre-ville chaque après-midi du 17 au 24 décembre accompagné dans son triporteur par la Mère Noël.

Enfin, le Phoenix Group de passage dans la commune organisera deux passages de motos et véhicules anciens illuminées le 18 décembre. Un premier passage aura lieu alors que le cortège rejoint le village d’Aiguèze, un second passera par le champ de Mars à partir de 18h15.

Les illuminations seront allumées chaque jour jusqu’au 2 janvier de 17h30 à minuit sauf les 24 et 31 décembre où les horaires seront étendus.

FC Bagnols-Pont : Match nul logique dans le derby contre Aigues-Mortes

FC Bagnols-Pont : Match nul logique dans le derby contre Aigues-Mortes

C’est sous une pluie battante que le FC Bagnols-Pont était opposé à son voisin gardois de l’US Salinières Aigues-Mortes dans le cadre de la 10e journée de National 3. Après un bilan positif à domicile (2 victoires, 2 nuls et 1 défaite) et huit points pris à domicile, soit l’ensemble de leurs points depuis le début de la saison, les hommes de Rachid Qichou devaient s’imposer face à une équipe d’Aigues Mortes qui restait sur quatre défaites consécutives. Les deux équipes se quittent finalement dos à dos, dans un match pauvre en occasion.

En première mi-temps, Grégory Adell, passé par le FCBP à l’occasion de la saison 2016-2017, se procure deux occasions intéressantes dès les premières minutes de jeu sans toutefois mettre à contribution le portier bagnolais, Jamal Aaboul.

Lafaille et Finelli parviennent à deux reprises à prendre de vitesse la défense bagnolaise mais Aaboul et Garcia veillent au grain et conservent le but bagnolais inviolé.

Il faudra attendre les dernières minutes de cette première période pour voir une belle offensive de Rachid Khallouf qui profite d’une perte de balle adverse avant de buter sur le portier d’Aigues Mortes, Sébastien Robert, Léo Morel très en vu dans cette rencontre récupère le ballon à l’entrée de la surface de réparation et se fait faucher par Fangier, entré en jeu quelques minutes auparavant.

Oualid El Hemdaoui, se charge de transformer le penalty d’une frappe en force sous la barre et permet au FCBP se prendre les devants juste avant le retour aux vestiaires.

En seconde mi-temps, les joueurs de Rachid Qichou vont évoluer dans leur moitié de terrain face au 3-5-2 mis en place par Yohan Borg, le coach d’Aigues Mortes désireux de revenir au score.

Finelli encore lui, va mettre à contribution Jamal Aaboul d’une frappe tendue de l’extérieur de la surface bien repoussée par le portier bagnolais des poings. Finelli, le même, trouvera la faille dans le dernier quart-d’heure, laissé seul au point de penalty il trouve le chemin des filets d’une tête déterminée.

Les deux équipes se quittent dos à dos sur le score d’un but partout. Un résultat qui n’arrange personne puisque les deux équipes restent relégables.

Pin It on Pinterest