La traque contre le trafic de stupéfiants se poursuit !

par | 12:36 , 9 Avr, 2021

Une chose est sûre, la ville de Bagnols ne compte pas relâcher ses efforts dans la lutte contre le trafic de stupéfiants. « Le 14 avenue de la Mayre est devenu un vrai combat, le procureur de la République, les forces de police nationale et municipale et la mairie sont unis contre ce point de deal » nous assure Jean-Yves Chapelet, lors d’un point presse consacré à la sécurité.

Cette adresse, devenue le symbole de cette traque, n’en finit pas, semaine après semaine, de voir des descentes de police pour lutter contre le trafic de drogue.

Rappelons qu’en 2021, la ville double son parc de vidéo surveillance, renforce ses effectifs de police municipale et va voir le recrutement d’un directeur de la tranquillité publique. Ajouté à cela, Bagnols bénéficie depuis près de deux mois d’un outil supplémentaire pour lutter contre la délinquance :  Le groupe local de traitement de la délinquance (GLTD), mis en place directement par le procureur de la République. Cette opération permet de renforcer pour une durée de 6 à 8 mois et renouvelable si besoin, les actions de la police, de la justice et des services sociaux. 

Le commandant de police Laurent Pailhories explique que trois formes d’actions sont menées contre ce trafic de stupéfiants. La première concerne les consommateurs. Pour le commandant, «le trafic existe parce que des gens achètent des produits stupéfiants» et explique ensuite que les aménagements mis en place par les services de la Ville au niveau des sens de circulation autour du 14 avenue de la Mayre et de l’allée des Platanes «permettent de faire en sorte que l’accès des consommateurs soit moins facile». Au sujet de la vidéo surveillance, l’élagage des arbres permet «de visualiser davantage ce qui peut se passer» nous confie Laurent Pailhories. Les contrôles et les interpellations de ces consommateurs ont pour objectif de les dissuader de se rendre sur ce lieu de deal. Depuis le mois de septembre, « nous avons interpellé 71 consommateurs qui ont fait l’objet d’une amende, dont 19 avec l’amende forfaitaire délictuelle », nous confirme le commandant.
Le deuxième point d’attaque concerne les revendeurs. Laurent Pailhories explique :
« l’action sur les revendeurs, est quelque chose que l’on fait au quotidien avec la police municipale qui consiste à occuper le terrain dans le cadre d’une patrouille habituelle ». Il assure ensuite mettre en place « au moins une fois par semaine […]une action renforcée avec beaucoup plus d’effectifs, dans l’idée d’interpeller le revendeur, ce qu’on a réussi à faire à quelques reprises, depuis le mois de septembre », celui-ci confirme que « 6 revendeurs ont été écroués ». 

Le troisième aspect concerne les enquêtes en profondeur, « dans le but de démanteler le trafic », affirme le commandant.

Christian Baume, adjoint à la sécurité poursuit: «il y a une forte détermination politique à ne plus accepter ça». Pour l’élu, l’objectif est «de perturber les vendeurs et perturber aussi les acheteurs» avant de reprendre «les prochains jours, les prochaines semaines montreront qu’il y aura encore quelque chose d’autre qui sera fait». 

Jean-Yves Chapelet salue l’implication d’Habitat du Gard qui « est complètement partie prenante », de cette lutte. En effet, le bailleur social a mis en place des portes sécurisées pour empêcher l’accès aux caves. 
« On ne lâche rien, il faut que ce point de deal du 14 avenue de la Mayre disparaisse » conclut ainsi le maire de la ville, qui, plus que jamais, est déterminé à lutter contre le trafic de stupéfiants. 

Pin It on Pinterest

Share This