Vénéjan : Jean-Paul et Marie-Hélène sur le chemin du retour

par | 1:05 , 23 Août, 2021

C’est la suite d’une histoire que je vais vous raconter.


Paul Guth disait « La bicyclette est l’une des rares inventions humaines qui ne servent qu’au bien ». C’est vrai, quand on monte à vélo on s’évade, on découvre, on vit.
C’est une aventure, un peu comme celle de Jean-Paul et Marie-Hélène Bobichon. Souvenez-vous ; dans un précédent numéro, nous vous avions parlé de la folle aventure qu’attendait le couple de jeunes retraités Vénéjanais : le tour de France à vélo.

Leur départ remonte au 1er juin où, enfourchant leurs vélos de randonnée, ils avaient quitté leur village gardois.

Le 20 août, les voici à présent de retour au bercail, après plus de 6 675 kilomètres parcouru au plus près des frontières et bords de mer français. 12 semaines de voyage, 100 kilomètres par jour et plus d’une dizaine de régions visitées. Du Grau-du-Roi, en passant par les Pyrénées, la Bretagne, Dunkerque, La Lorraine, l’Alsace, les Vosges, les Alpes, jusqu’à Menton et bien d’autres…

Un périple rythmé par le soleil, qui leur a joué des tours une fois arrivés à St-Jean-de-Luz, où la pluie ne les a presque plus quittés.

Quelques frayeurs sur le pont de Normandie, un froid de canard dans les Vosges et une chaleur cuisante à Sospel. Des moments de fatigue où l’un remotive l’autre, un problème de trajectoire, des gîtes abandonnés ou qui parfois, les ont refusé.

Mais des paysages de toute beauté, révélés par la Bretagne, la Normandie et le Jura. Et surtout, l’émotion. Ah oui, ce n’est pas toujours évident de partir, mais qu’elle ne fût pas leur surprise en retrouvant leurs enfants et petits-enfants en Lorraine ou bien la famille à La Rochelle…

Leurs 3 entraînements par semaine – d’environ 80 kms – avec les clubs de vélos de route locaux ont porté leurs fruits. Et c’est comme si nous avions voyagé aussi, grâce à leur page Facebook Notre tour de la France. Une page sur laquelle de nombreuses personnes les ont suivi et encouragé.

Alors surpris et touchés, c’est un grand MERCI que nos cyclistes tenaient à leur dire.

Je crois Marie-Hélène Bobichon lorsqu’elle me dit qu’elle a hâte de rentrer à la maison. Et je la croit encore plus quand elle dit que « quand on est déterminé(s) à faire quelque chose, si on se donne les moyens, on y arrive ».

C’est certainement l’aventure d’une vie. Celle que l’on prend tant de plaisir à raconter à l’école en disant « mes grands-parents ont fait le tour de France ! » L’aventure d’une vie d’où l’on revient fourbus, contents, le cœur un peu vague pourtant…

Pin It on Pinterest

Share This