BAGNOLS-SUR-CEZE : Anthony Cellier nommé commissaire à la CRE

par | 3:29 , 27 Oct, 2022

Élu député en juin 2017, Anthony Cellier a été durant cinq ans la figure énergétique de l’Assemblée Nationale. Au cours de ses travaux parlementaires, il est le rapporteur de la loi n° 2019-1147 du 8 novembre 2019 relative à l’énergie et au climat et l’auteur de plusieurs rapports relatifs au secteur de l’énergie après l’épidémie de Covid-19 ou à la hausse des prix de l’énergie. Il est également vice-président des groupes d’études « Énergies vertes » et « Enjeux économiques de la filière industrielle énergétique », vice-président de la commission d’enquête sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires, membre de la mission d’information relative aux freins à la transition énergétique et membre de l’Observatoire national du service public de l’électricité et du gaz.

Fort de son expertise dans le secteur énergétique, il est élu président du Conseil supérieur de l’énergie (CSE) en décembre 2020, instance qui regroupe parlementaires, représentants des consommateurs, des collectivités territoriales, des représentants des organisations syndicales et l’ensemble des acteurs du secteur. Elle est consultée sur les actes de nature réglementaire relatifs au secteur de l’électricité, du gaz, de l’efficacité et de la précarité énergétique.

Désormais, c’est au sein de la CRE (Commission de Régulation de l’Énergie) qu’Anthony Cellier, nommé par la présidente de l’Assemblée Nationale Yael Braun-Pivet, mettra ses compétences au service des concitoyens.

La CRE est une autorité indépendante présidée par Emmanuelle Wargon et composée de quatre commissaires (Catherine EDWIGE, Ivan FAUCHEUX et Valérie PLAGNOL et pour six ans désormais, Anthony Cellier)

Les nominations à la CRE sont décidées après un cursus de vérification des compétences et de la légitimité de chaque candidat-commissaire.

La CRE a pour mission de garantir la sécurité d’approvisionnement énergétique (gaz et électricité) tout en limitant les hausses de tarifs.

Cette autorité de régulation du marché du gaz et de l’électricité, conseille également le gouvernement dans des choix raisonnés afin de limiter l’impact des crises énergétiques sur le consommateur.

Anthony Cellier remplace Jean-Laurent Lastelle et devrait être chargé comme son prédécesseur du comité de prospective et des relations européennes avec les régulateurs des autres pays de l’Union Européenne.

Le comité de prospective a pour rôle de penser le système énergétique de demain. Or, la France est actuellement face à un tournant majeur de son histoire énergétique. Ce rôle d’accompagnement du gouvernement, Anthony Cellier l’a déjà touché du doigt en sa qualité de président du CSE (Conseil Supérieur de l’Énergie).

Dans le cadre des relations européennes, Anthony Cellier sera chargé de la coordination des actions avec les autres partenaires européens présents au sein de l’ACER (Agence de Coopération des Régulateurs de l’Energie).

Comment travaille la CRE ?

La Commission de régulation de l’énergie veille au bon fonctionnement des marchés de l’électricité et du gaz en France, au bénéfice des consommateurs et en cohérence avec les objectifs de la politique énergétique. Elle participe à la construction du marché intérieur européen de l’énergie. Elle met en œuvre certains dispositifs de soutien aux énergies renouvelables en instruisant des appels d’offres. Enfin la CRE régule les réseaux de gaz et d’électricité, et veille à la bonne information des consommateurs.

Anthony Cellier, a confié être « très honoré de la confiance de Yael Braun-Pivet », en vue de cette mission qui se trouve être dans le prolongement de son engagement « en faveur des concitoyens en lien avec l’énergie et le climat ». « L’énergie est un sujet majeur dans le quotidien des concitoyens au regard de l’actualité et de la géopolitique du moment. Notre pays est bien doté pour faire face à la crise énergétique actuelle, mais nous sommes à un tournant historique pour notre politique énergétique nationale et européenne avec des investissements importants nécessaires sur l’appareil de production » ajoute-t-il.

Anthony Cellier conclut en ajoutant : « J’y vois une opportunité pour la Vallée du Rhône dont j’espère, nous saurons nous saisir collectivement et j’y contribuerai, comme j’ai pu le faire dans le passé ».

Et aussi: « La CRE étant une autorité indépendante, il ne m’est pas possible légalement de conserver mes mandats à l’agglomération du Gard rhodanien et à la mairie, mais j’évoquerai ce sujet plus tard ».

Pin It on Pinterest

Share This