OBSERVATOIRE DU MONT AIGOUAL : LES TRAVAUX DE RESTAURATION BIENTÔT ACHEVÉS

par | 10:10 , 7 Oct, 2022

La restauration de l’Observatoire du Mont Aigoual, dernière station de météo de montagne habitée en France, a démarré en juin 2019. Les travaux, qui s’achèveront en début d’année 2023, permettront de sauvegarder le bâti, d’agrandir l’espace muséographique actuel et d’en faire le premier centre d’interprétation au changement climatique.
Le 30 septembre 2022, à l’occasion d’une visite de chantier, Pascal Crépin, délégué départemental de la Fondation du patrimoine, et Gilles Berthézène, Président de la Communauté de communes Causses Aigoual Cévennes – Terres solidaires, ont eu le plaisir d’accueillir des représentants de Primagaz, mécène du projet dans le cadre de son partenariat avec la Fondation du patrimoine.

Construit à la fin du XIXe siècle au sommet du Mont Aigoual, à 1 567 mètres d’altitude, l’observatoire est la dernière station de météo de montagne habitée en France. L’édifice a été construit sous l’impulsion de l’ingénieur forestier Georges Fabre, qui avait pour ambition de reboiser le massif de l’Aigoual et d’y créer une station expérimentale de météorologie forestière. Aujourd’hui labellisé par l’Organisation Météorologique Mondiale pour la qualité de ses données, l’édifice abrite également un musée de la météorologie, fréquenté par près de 70 000 personnes chaque année.


Au cœur des Cévennes, exposées à des conditions climatiques extrêmes, les façades de l’observatoire de l’édifice avaient subi des dégradations et n’étaient plus étanches. La première partie des travaux, sur le point de s’achever, permettra de sauvegarder le bâti et est associée à une seconde phase de travaux afin de repenser l’espace muséographique pour créer un centre d’interprétation et de sensibilisation aux changements climatiques. Les travaux s’inscrivent dans un vaste projet de valorisation du site, qui permettra au visiteur de découvrir l’intérieur de l’édifice, mais aussi d’emprunter un parcours extérieur qui vise à valoriser la beauté du site, au cœur du Parc national des Cévennes, labellisé Réserve de biosphère et inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Les travaux de restauration du bâti s’élevaient à plus de 2,6 millions d’euros. La Communauté de Communes Causses Aigoual Cévennes, propriétaire du site, a sollicité plusieurs partenaires financiers dont l’Etat, le Département du Gard, le FEDER et la Région Occitanie. Pour compléter le financement elle a également fait appel à la Fondation du patrimoine, qui a apporté son concours en mobilisant différents partenaires : le projet a été soutenu par le Loto du patrimoine, organisé avec Stéphane Bern, le ministère de la Culture et la Française des Jeux, mais aussi par la générosité des donateurs, via une collecte de don et enfin grâce à deux entreprises mécènes de la Fondation du patrimoine : Axa et Primagaz.

C’est au total 230 000 € apportés par la Fondation du patrimoine à ce projet emblématique. La Fondation du patrimoine a également apporté son soutien à un projet de patrimoine naturel à quelques kilomètres de l’observatoire, sur la tourbière de Trévezel. Les travaux réalisés en 2021 permettront le maintien en eau de cette zone humide et de protéger l’habitat de reproduction de la grenouille rousse, espèce d’amphibien protégée en zone cœur du Parc national des Cévennes.

Pin It on Pinterest

Share This